Carnet de route

Seuls sur zone

Le 07/05/2019 par Jean-Christophe CHABOD

Avant de commencer à lire, je vous invite à prendre connaissance de la cotation de buts officielle actuellement en vigueur : http://www.webmontagne.fr/but/Mes Buts....html.

Le mauvais temps annoncé le dimanche dans l'Oberland a eu raison du raid de 5 jours initialement prévu. Nous nous sommes donc rabattus sur les 3 meilleurs jours de ce long WE précédent le 8 mai pour tenter l'ascension du Nadelhorn, dans le Valais. Cotation du but : B1m.

Après un départ matinal le dimanche, autant enneigé en Franche-Comté (pour Laurent, Vincent et Frédéric) qu'en Haute-Savoie (pour Augustin, Pascal et moi), nous nous retrouvons à Gasenreid à 1700 m d'altitude sans avoir à chaîner pour y arriver. Ouf, but B4v évité !

Le WE s'annonce hivernal.

Préparation des sacs, répartition de la nourriture commune pour les 3 jours car la Bordierhütte n'est pas gardée en hiver, puis pesée des sacs : ouch ! Votre serviteur a encore des progrès à faire malgré l'avertissement qu'il donne dans sa liste de matériel à prendre : "un sac lourd est fait de nombreuses choses légères" ...

Portage des skis jusque 2050 m d'altitude, puis montée efficace le long de la moraine pour atteindre le glacier sous le refuge. La traversée du glacier nous permet de réviser nos techniques d'encordement, utiles pour ne pas perdre trop de temps les prochains jours. S'ensuit une dernière montée dans les rochers sous le refuge. Belle ambiance, pas trace d'âme qui vive dans les 15 cm de neige tombés la veille. Parfait, nous serons tranquilles au refuge.

Refuge suisse, parfaitement équipé, avec déjà 2 grosses marmites pleines de neige fondue. Merci aux précédents locataires du début de semaine. Manque juste une hache pour fendre le bois (nous saurons plus tard que le hache existe, mais probablement enfouie sous la neige). Qu'à cela ne tienne, cela permettra de mettre en valeur toute l'ingéniosité de nos chefs scouts et autres as de la débrouille pour arriver à bout de ces bûches. La cuisinière chauffe bien, mais la nuit dans la chambre sera néanmoins un peu fraiche pour certains.

Lundi, levé 04h00. Le temps de relancer rapidement la cuisinière, nous voilà sur les skis à 05h30. Grand beau, mais froid avec le léger vent du nord. La trace des premières pentes du début est pénible : les 15 cm de la veille ne tiennent pas sur la sous-couche. Nous nous relayons pour faire la trace. Arrivés sur le plateau supérieur à 3400 m, le Nadelhorn nous dévoile sa belle face nord et son arête NE. L'arête ne semble pas glacée, et nous sommes encore à peu près dans les temps. On y croit. Après quelques discussions sur l'itinéraire à suivre (face nord ? arête via l'Ulrichshorn ? arête via la montée directe sous le Windjoch ?), je choisis de suivre la voie classique directement sous le Windjoch. Mauvaise pioche, car les 20 cm de neige sur le plateau se transforment rapidement sous le col en accumulation d'au moins 50 cm. Les vents forts des jours précédents, combinés à des pentes dépassant les 40° sur glace dure nous contraignent à faire demi-tour. Les conditions sont hivernales à cet endroit. Proposition de cotation but : B3a.

Malgré la déception, nous nous rabattons sur l'Ulrichshorn. L'accès est nettement plus facile, sans accumulation. Le passage aurait dû se faire par là pour accéder à l'arête. Si nous avions su … Nous sommes trop  en retard pour espérer continuer. Dommage. Néanmoins, cela a permis à Augustin de remercier sa dulcinée (par photo interposée) de l'avoir laissé sortir malgré une fête de famille.

S'ensuit une superbe descente dans 20 cm de poudreuse digne d'un mois de février. Retour au refuge, toujours aussi seuls, au soleil, panorama magnifique sur la chute de séracs. Le pied.

Nouvelle soirée tranquille, et nuit agréable pour tous : le soleil a chauffé le refuge, ça se sent.

Mardi, levé 04h00 à nouveau, mais départ à 06h00 car il faut laisser le refuge aussi parfaitement rangé qu'à notre arrivée. A nouveau magnifique journée. Montée très efficace ce coup-ci car nous suivons notre trace de la veille. Arrivés au plateau, je ne peux m'empêcher de proposer une nouvelle tentative pour le Nadelhorn, mais l'incertitude sur la météo de l'après-midi et l'envie de découvrir un autre versant du massif nous convainc de viser le Balfrin comme prévu. A des moments, il vaut mieux ne pas s'acharner.

Rebelote, quel plaisir de faire sa trace dans les pentes SW du Balfrin, même si les conditions de neige sont un peu éprouvantes. Nous nous relayons jusqu'au 1/3 de la face où il semble plus raisonnable de poursuivre skis sur le sac. Neige parfaite pour faire des marches. La pente se raidit pour avoisiner les 45° sur le haut. Magnifique ambiance. Un peu de rocher sur la fin histoire de gouter aux joies de l'escalade en crampons, et nous voilà au sommet, frais et dispos pour profiter de la belle descente qui s'annonce sur le versant Nord.

Nous ne sommes pas déçus. A nouveau 20 cm de poudre, dans un cheminement soutenu en rive droite du glacier mouvementé, puis une traversée sous une double chute de séracs (ne pas traîner !). On savoure, miam …

La courte remontée au Färichlicke se fait sous un soleil printanier (donc chaud), mais nous sommes pile dans les temps pour profiter d'une fine moquette de l'autre côté pour redescendre vers Gasenreid. Déchaussage à 2300 m d'altitude et retour efficace aux voitures pour clore ce beau WE.

Synthèse du WE : 2 beaux sommets, 2 buts, mais magnifique ambiance, et quel plaisir d'être en autonomie et seuls sur zone en excellente compagnie !

CLUB ALPIN FRANCAIS PAYS DE MONTBELIARD
2 RUE ETIENNE OEHMICHEN
25200  MONTBELIARD
Permanences :
Jeudi de 18h30 à 19h30
Activités du club
Agenda